le manoir de la magie

forum d'échange sur la magie, son apprentissage et audelà
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La magie du serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
selenite
MODERATEUR
MODERATEUR


Nombre de messages : 34
Age : 63
Localisation : Namur
Date d'inscription : 06/05/2007

MessageSujet: La magie du serpent   Dim 27 Mai - 1:48

"Le Serpent:
L'homme et le serpent sont opposés et rivaux.

- Chez les Pygmées du Cameroun, on le représente par un trait sur le sol. Cette ligne n'a ni commencement ni fin. Qu'elle s'anime soudain et elle devient sujette à toutes les métamorphoses (Nyoko l'Affamé) Dans le monde diurne, il surgit comme un fantasme palpable, qui glisse entre les doigts comme il glisse à travers le temps comptable, l'espace arpentable et les règles du raisonnement, pour se réfugier dans le monde du dessous dont il provient.

- Il peut quitter son apparence pour se faire femelle : il se love, il embrasse, il étreint, il étouffe, il déglutit, digère et dort. Ce serpent femelle est l'invisible serpent-principe, qui habite les couches profondes de la conscience et les couches profondes de la terre. Il est énigmatique. Il est lié au gluant, au froid, à la nuit des origines. Les Chaldéens avaient un seul mot pour la vie et le serpent. "Le serpent est un des plus importants archétypes de l'âme humaine" affirmait Bachelard.

Le Serpent cosmique :
- En Inde, le serpent Ananta enserre de ses anneaux la base de l'axe du monde. Associé à Vishnu et Civa, il symbolise le développement et la résorption et exprime le cycle. Il est le porteur du monde dont il assure la stabilité. Pour construire la maison indienne qui, comme toute maison, doit se trouver au centre du monde, on enfonce un pieu dans la tête du nâga souterrain, dont l'emplacement a été déterminé par un géomancien. Le mot "sanscrit" signifie éléphant et serpent. Ouroboros, le serpent qui se mord la queue, est en perpétuelle transmutation de mort en vie. Circonférence, image du cercle, première roue, Ouroboros crée le temps. On le représente sous la forme d'une chaine torsadée qui représente les heures. Entrainant le mouvement des astres, il est sans doute la première figuration, la mère du Zodiaque.
Ourobos, vieux symbole d'un dieu naturel détrôné par l'esprit, demeure une grande divinité cosmographique et géographique : il est gravé sur un disque du Bénin, et c'est sans doute la plus vieille image du monde négro-africain. Il enserre de sa ligne sinueuse, associant les contraires, les océans primordiaux, au milieu desquels flotte le carré de la terre.
Divinité des nuages et des pluies fertilisantes, il peut s'annexer les pouvoirs du bélier (celte, gaulois) ou de l'oiseau, dragons ailés d'Extrême Orient, serpents à plumes mezo-américains. C'est le propre de ces civilisations agraires. Quetzalcoatl des Toltèques, repris par les Aztèques, il s'incarne et se sacrifie pour le genre humain.

- Chez les Dogons, Nommo, dieu de l'eau, est représenté sous forme d'une anguipède. Il est l'ancêtre mythique et le héros civilisateur venu apporté aux humains la forge et les céréales. Il est double et un. Au Bénin, Dan est une divinité serpent et fétiche arc-en-ciel, celle qui relie le haut et le bas du monde et qui n'apparaît qu'après les pluies. Le serpent aurait donc une fonction météorologique.

- En Inde, en France, chez les Peaux-Rouges du Nevada, chez les Bororos, l'arc en ciel est un serpent qui se désaltère dans la mer. Dans certaines représentations, il a deux têtes, une à l'ouest, l'autre à l'est car il avale et crache le soleil levant. Atoum, le plus ancien dieu créateur du monde méditerranéen, aurait craché toute la création entière, soit de sa bouche soit de son sexe. "Je suis ce qui demeure. Le monde retournera au chaos, à l'indifférencié, je me transformerai alors en serpent qu'aucun homme ne connait, qu'aucun dieu ne voit" (Livre des Morts).

- En Egypte, les enfers terrestres, que doit quotidiennement traverser le soleil dans sa course, sont placés sous le signe du serpent. Lorsque le soleil entame sa course souterraine, il va traverser douze chambres et la barque qui l'emmène va se transformer en serpent. Il se fait lui-même serpent pour lutter contre d'autres serpents avant d'être digéré et expulsé par l'intestin serpentiforme de la terre. C'est donc un grand régénérateur, et initiateur, puisqu'il devient la lumière soit la part spirituelle de l'homme.

- Chez les Grecs, Zeus lutte contre Typhon, fils de Gaia (la terre), qui n'est plus un serpent mais un monstrueux dragon à cent têtes entouré de vipères. Il incarne la démesure des forces naturelles, insurgées contre l'esprit. Dans son combat, Zeus disposera de l'aide d'Athéna, sa fille déesse de la raison, les autres dieux ayant fui en Egypte. Typhon engendre l'hydre de Delphes, la chimère et les chiens Orthos et Cerbère. Dans la mesure ou le serpent ne veut pas ramener la terre au chaos, il est représenté comme un pouvoir positif.

- Toutes les grandes déesses de la Nature ont le serpent pour attribut : en Egypte, Isis porte sur le front le cobra royal. Athéna a elle aussi le serpent pour attribut. Le mythe de Laocoon, où les serpents sortis de la mer viennent étouffer le prêtre coupable de sacrilège, montre les serpents venant se lover à ses pieds.
Avec Dyonisos le serpent est lié à la divination. La Pythie délivre ses oracles en état de transe. Cassandre et son frère jumeau seront à leur naissance purifié par deux serpents et auront des dons de divination.
Dyonisos incarne une des zones de la conscience qu'on associe à l'image du serpent. On apprécie en Grèce Dyonisos pour le sentiment de liberté totale qu'il prête aux créateurs. Ainsi, ceux-ci ne sont pas trop opprimés par la raison. On sait que le culte de Dyonisos permettait la transe et l'extase. Zeus se serait transformé en serpent pour féconder Perséphone qui accouchera de Dyonisos. La Caducée, signe lié à la médecine et qui représente des serpents entrecroisés, est fait pour être pris en main. Le thérapeute doit d'abord expérimenter sa médecine sur lui-même, d'où l'importance des Guides Thérapeutes de l'âme (au sens grec du terme). S'ils n'ont pas fait mourir et renaitre en eux le serpent, ils ne pratiquent plus qu'une psychanalyse sauvage et nocive.

- Lorsqu'elle traite du serpent, la mythologie grecque nous parle de tempérance. Tempérance reprise dans le jeu de tarot. Les traditions gréco-latines font constamment état de réincarnation sous forme de serpent. Dans notre civilisation on s'est acharné à mutiler la polyvalence du serpent. D'un point de vue archétypal, il reste le maitre des femmes car il symbolise la fécondité.On dira même que la vierge Marie fut fécondée par un serpent; on sait du reste l'affinité qui unit colombe et serpent, dans la symbolique sexuelle...

- La chrétienté n'a le plus souvent retenu que l'aspect négatif et maudit du serpent. Pourtant, dans les Nombres, Dieu envoie des serpents pour punir les hommes et conseille à Moïse de confectionner un Brûlant, serpent d'airain placé sur un étendard. Quiconque le regardera au moment de la morsure des serpents restera en vie. Le christ qui régénère l'humanité sera parfois associé au serpent d'airain.
Pourtant au Moyen âge, seul le serpent d'Eve sera retenu. On reprendra aussi le texte de l'Apocalypse de Saint Jean où le serpent est assimilé au séducteur et à Satan. Il est alors considéré comme répugnant. Chargé de tous les péchés, il est l'orgueilleux, l'égoïste, l'avare. Il symbolise la luxure.
Le dragon, dérivé du serpent, permettra la mise en place de l'idée du Héros : St Georges, St Michel, Siegfried.

- Depuis le Romantisme, les mouvements artistiques ont mis en évidence la puissance créatrice des forces liées au monde souterrain auquel le serpent est assimilé. Ce qui fera dire à André Breton : "Je crois à la résolution future de ces deux états, en apparence si contradictoires que le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue, de surréalité si l'on peut dire".

- Puis il y eût y le goût pour les cultures animistes ou primitives, dans lesquelles le serpent reste un archétype. Au Bénin le dieu Dan est devenu le dieu des trains, des avions de tout ce qui est moderne. Archétype fondamental lié aux sources de la vie et de l'imagination, il est très présent en poésie, en médecine, en arts. "

Le bestiaire des contes in laby.cicv.fr/DISP/11best.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La magie du serpent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» magie noire
» Oeuf de serpent
» Magie des Tatouages.
» le serpent à sonnette (photo de Kia )
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le manoir de la magie :: LA MAGIE :: LES DIFFERENTES MAGIE-
Sauter vers: